top of page

Le vélotaf, une vie en mouvement

Le vélotaf, contraction astucieuse de vélo et de travail, est bien plus qu'un simple mode de déplacement. Pour certains, c'est une passion, pour d'autres, une nécessité, mais pour tous, c'est un choix conscient de mobilité propre et durable. C'est une aventure quotidienne qui commence chaque matin au lever du soleil et s'achève à la tombée de la nuit. C'est un voyage qui conjugue l'efficacité du trajet domicile-travail avec le respect de l'environnement et une dose saine d'exercice.


Ma propre histoire avec le vélotaf remonte à plus de 25 ans. À une époque où les scooters étaient en vogue parmi mes amis, mes parents refusaient de m'en acheter un. C'est ainsi que j'ai découvert la liberté sur deux roues, les étés au garage à réparer des biclous. Mes trajets étaient relativement courts, rarement au-delà de 5 kilomètres, mais ils étaient le début de quelque chose de bien plus grand.

Etudiant à l'université de Tours, et avec un budget limité, la bicyclette est devenue mon compagnon fidèle, plus rapide que les transports en commun. Elle était non seulement abordable, mais elle incarne également une mobilité propre, bien avant que cela ne devienne une tendance à la mode. Le vélo n'était plus seulement un moyen de transport, il était devenu une partie intégrante de ma vie, un mode de déplacement dont j'étais fier.

Cependant, l'expérience du vélotaf ne se limite pas à la simple utilisation du vélo comme moyen de transport. C'est un mode de vie qui favorise l'autonomie, la durabilité, et qui apporte un calme bienvenu dans un monde de plus en plus stressant. La comparaison avec la conduite en voiture est inévitable. Le vélo offre une pause salutaire par rapport au stress de la route, à la recherche de places de stationnement et à la congestion routière. C'est un moment pour soi, pour réfléchir, se détendre, ou même planifier la journée à venir.

Au fil des ans, j'ai été témoin d'un retour en force des cyclistes en banlieue parisienne. Cette tendance réjouissante montre que de plus en plus de gens reconnaissent les avantages du vélo pour leur santé, leur portefeuille et la planète. La plupart des automobilistes font preuve de bienveillance envers les cyclistes, mais cela ne signifie pas pour autant que la transition vers une mobilité plus durable est sans obstacles.

Sur les routes limitées à 50 km/h que j'emprunte, je me sens parfois comme un "prisonnier de la liberté". Les automobilistes, enfermés dans leurs voitures, observent avec envie et appréhension ma liberté de mouvement. Ils ont peur de me causer du tort, et c'est cette attention accrue qui nous rend d'autant plus responsables en tant que cyclistes.

Lorsque je dépasse les voitures (car je vais généralement deux à trois fois plus vite qu'elles), je ressens la responsabilité de montrer l'exemple en matière de conduite respectueuse. Ce n'est pas seulement une question de respect du code de la route, mais aussi de respect envers mes compagnons de la route. Je m'efforce également de donner l'exemple aux piétons en m'arrêtant pour les laisser traverser, même si cela signifie parfois manquer de peu d'être écrasé par un scooter.

En tant que cyclistes, nous sommes sous les feux des projecteurs, observés à la loupe. Mon objectif n'est pas seulement de convaincre les autres de rejoindre le mouvement du vélotaf, mais aussi de préserver notre liberté de circuler. Je crains le jour où notre nombre croissant entraînera une moindre tolérance et la mise en place de règles contraignantes. Je crains de perdre ce sentiment grisant de liberté qui accompagne chaque coup de pédale.

Le vélotaf n'est pas seulement un moyen de transport, c'est un mode de vie qui allie mobilité durable, liberté et responsabilité. C'est une aventure quotidienne qui nous rappelle que chaque trajet peut être une opportunité de contribuer positivement à notre monde tout en préservant notre bien-être. Alors, qu'attendez-vous pour enfourcher votre vélo et rejoindre la révolution du vélotaf ?




20 views0 comments
bottom of page