top of page

Véloroute, voie verte

Updated: Feb 22

L'Eure-et-Loir propose une sélection de sorties à vélo remarquables, telles que la Véloscénie, le Plan Vert, la Vallée du Loir à Vélo, et la Voie Verte de la Vallée de l'Eure. Cette offre témoigne-t-elle d'un développement touristique croissant ? Quoi qu'il en soit, ces derniers mois, les réseaux sociaux sont inondés de possibilités offertes par le tourisme à vélo (Mad Jacques, Festival les Vieilles Pédales), et cela nous enchante.


Organiser un séjour itinérant à vélo en famille peut parfois s'avérer complexe, mais il est agréable de passer quelques jours à pédaler paisiblement sous un climat clément. Cela peut-être un plaisir mais il est important pour nos coéquipiers, de ne pas rencontrer de voitures, de pentes abruptes, ou de faux plats interminables. En d'autres termes, si enfants et adultes peuvent profiter en toute sécurité de ces moments de balade, et si nous pouvons compter sur un moyen de transport pour rentrer, avec nos vélos, au point de départ.


Il existe des aventuriers, mais avant tout, cyclotouristes chevronnés qui n'hésitent pas à emprunter les routes principales, y compris avec des enfants, et qui ne rechignent pas sur la dénivelé du trajet. L'idée de parcourir 600 km en selle pour revenir au point de départ ne les effraie pas. Mais chacun a ses préférences, toutes respectables. On peut aimer faire sa balade du dimanche matin sans viser l'IronMan. Pour nous, la "balade" à vélo suffit.


Nous constatons d'année en année que le réseau des voies vertes se développe progressivement, et désormais, croiser des couples en tandem ou des familles nombreuses avec des remorques pour enfants, des vélos à roulettes et des remorques est devenu banal. À tel point que des chambres d'hôtes, des gîtes, des haltes dégustation de produits régionaux et accueil vélo se développent le long de ces voies dites "vertes" pour accueillir cette nouvelle clientèle.


Véloroute, voie verte : attention à la confusion

Si vous envisagez de planifier quelques jours de vélo en famille lors des prochaines petites vacances, mieux vaut maîtriser le vocabulaire de ce nouveau réseau routier et savoir lire les cartes. Tout comme le réseau routier traditionnel avec ses autoroutes, ses routes départementales et ses chemins de campagne, ces nouvelles voies, considérées comme des "routes" à part entière selon le code de la route, ont leur propre schéma directeur, leurs schémas régionaux et leur petit glossaire.


Il est important de ne pas confondre "véloroute", "voie verte" et "circuit vélo". Les deux premières désignations font l'objet d'un cahier des charges précis établi en 2001. Une "voie verte" est un aménagement en site propre ouvert aux modes de transport doux - vélos, fauteuils roulants, rollers, promeneurs équestres - offrant une continuité et présentant des pentes inférieures à 3%.


Les premières voies vertes ont vu le jour à la fin des années 1990, comme la voie verte Chartres-Le Coudray ouverte en 2003. En 2013, on dénombrait environ 8 000 km de voies vertes en France, et ce chiffre est désormais passé à 18 840 km à travers le pays.


En revanche, une véloroute n'est pas un aménagement mais un itinéraire entre un point A et un point B. Elle peut emprunter des voies vertes lorsque cela est possible, mais est principalement conçue pour les vélos, excluant les rollers ou les fauteuils roulants. L'objectif est d'offrir une continuité avec des repères clairs (panneaux indicateurs), garantissant un maximum de confort, de sécurité et de facilité, même si la circulation peut être partagée avec les voitures. En théorie, les véloroutes ne doivent pas emprunter de routes où circulent plus de 1 000 véhicules par jour, et les pentes doivent également être limitées.


De plus, dans la mesure du possible, ces véloroutes sont alignées sur les 19 liaisons transeuropéennes conçues par EuroVelo, la fédération européenne des cyclistes. Selon la dernière carte du schéma national des véloroutes, plus de 25 000 km d'itinéraires sont répertoriés.


Toutes les autres appellations telles que "boucles vertes", "circuits vélo", "vélo escapade" ne bénéficient d'aucune définition officielle et dépendent uniquement de ceux qui les employent. Il s'agit souvent d'itinéraires balisés empruntant des petites routes, mais ils ne sont pas sécurisés et le relief peut varier considérablement. Sauf pour les cyclotouristes expérimentés prêts à affronter tous types de parcours, il est donc préférable de vérifier le type de route envisagé avant de planifier une excursion : seules les vraies voies vertes peuvent être fréquentées par les rollers ou les fauteuils roulants, tandis que les familles avec de jeunes enfants doivent s'assurer que les tronçons de "véloroute" de leur itinéraire sont réellement faciles et sûrs d'accès.


Cependant, rien n'est garanti. Les définitions officielles ne sont que des indications et, dans la pratique, chaque collectivité les adapte à sa manière. De nombreuses véloroutes, notamment, empruntent des routes plus fréquentées que ce qui est prévu et présentent des pentes raides. Les bénévoles de l'AF3V passent beaucoup de temps à inspecter ces aménagements pour les décrire plus précisément.


Évidemment, les collectivités locales ne peuvent pas fermer la circulation du jour au lendemain,

aplanir les collines ou créer de nouvelles voies vertes : le coût moyen de ces dernières, y compris les aménagements (toilettes, passerelles, etc.), est estimé à environ 100 000 euros par kilomètre. C'est bien moins que pour une autoroute (plusieurs millions d'euros par kilomètre), mais souvent, ce sont les municipalités, les communautés de communes ou les départements qui doivent financer ces voies vertes.


Le patrimoine des anciennes voies ferrées, supports privilégiés des voies vertes, est déjà largement exploité. Le fait que tous les chemins pour vélos ne soient pas des voies vertes en tant que telles ne pose donc pas de problème majeur en soi, mais il est important d'en être informé pour éviter de passer d'une tranquille voie verte à un cauchemar sur route.


Des indications pas toujours claires

Cependant, peu de collectivités fournissent des informations vraiment claires aux utilisateurs de ces voies. La distinction entre voie verte et véloroute est rarement expliquée, et certaines véloroutes sont parfois désignées de manière erronée comme "voies vertes", même si elles comportent de larges sections de routes fréquentées par les voitures.

Le département d'Eure-et-Loir compte 180 km de véloroutes, 114 km sur la Véloscénie d'Epernon à Nogent-le-Rotrou et 41 km sur la Vallée du Loir à Vélo d'Illiers à Cloyes.


Des efforts sensibles sont fait sur la Vallée du Loir à Vélo, le Pays dunois est le nouveau coordinateur de la Vallée du Loir à vélo depuis janvier. Il succède à l’office de tourisme de la Vallée du Loir jusqu’à fin 2025. Durant l'été 2023, un questionnaire a été diffusé pour améliorer l'offre de service sur les 320 kilomètres de cette véloroute.


Par exemple, la Véloscénie, qui relie Paris au Mont Saint Michel, est un mélange de voie verte agréable et d'itinéraire parfois très vallonné, traversant les collines du Perche et empruntant des routes à trafic partagé. Sur cet itinéraire, les services aux cyclistes se développent, rendant la vie du cycliste plus facile : gîtes, ateliers de réparation, locations de vélos et services de transport. Chartres tourisme, la région Centre-Val de Loire et la Véloscénie ont collaboré avec la start-up Ouibike pour créer un site web et une application "Vacances à Vélo" pour louer son vélo en service "one-way".


Ce type de service permet d'adapter les sorties à vélo à chacun.

35 views0 comments

コメント

5つ星のうち0と評価されています。
まだ評価がありません

評価を追加
bottom of page