top of page

La cohabitation Bus-Vélo : pour  une solution adaptée  à Chartres

L'intégration harmonieuse des vélos et des bus dans l'espace urbain représente un défi majeur pour de nombreuses municipalités, y compris Chartres. Alors que le projet du Bus à Haut Niveau de Services (BHNS) se profile à l'horizon, nous, à ChartràVélo, soulevons des préoccupations concernant l'aménagement des infrastructures pour assurer la sécurité et la fluidité de tous les usagers de la route.


Guillaume Bonnet, adjoint au maire de Chartres, a présenté l'an dernier le futur BHNS, une initiative pour l'amélioration des transports en commun dans l'agglomération. Toutefois, les premières propositions ne semblaient pas accorder une priorité claire aux besoins des cyclistes. L'idée d'un trottoir « épais » réservé aux piétons et aux cyclistes ne satisfait pas nos attentes à ChartràVélo, car nous redoutons les conflits potentiels et la confusion d'usage de l'espace public. En témoigne l'interdiction en 2023 de la circulation des vélos sur les trottoirs avenue Maunoury. La croissance du nombre d'usagers à vélo et l'augmentation de la puissance des vélos électriques ne sont pas adaptées à une cohabitation sur des axes transversaux.


L'obtention d'une subvention avec le Fonds Mobilités actives prévoit le développement d’itinéraires cyclables sécurisés et s'appuie sur des synergies fortes avec le BHNS. La longueur des aménagements sera de 1130 mètres, permettant un itinéraire sécurisé cyclable de 6 kilomètres. Est-il prévu d'y intégrer un partage de la voirie entre les bus et les vélos ?


Pour ChartràVélo, la solution idéale réside dans la création de pistes séparées, comme prévu entre Mainvilliers et le pont Daniel Casanova, ou dans la cohabitation des bus et des vélos dans les couloirs réservés. Actuellement dans la cité de Fulbert, ces couloirs sont uniquement utilisés par les bus, avec seulement 780 passages par jour. Les vélos en sont exclus depuis leur création, mais cela devrait changer. En France, les collisions entre bus et cyclistes restent rares, avec 10 décès et 587 blessés en agglomération en 2022.


Les premières propositions soulèvent des interrogations au sein de notre association sur deux points très fréquentés par les cyclistes, la jonction entre la piste bidirectionnelle entre Mainvilliers et le pont Daniel-Casanova et ailleurs sur l'avenue Patton. Dans le premier cas, nous avons pu constater que les cyclistes partageraient un trottoir épais de part et d'autre du pont. Avec la suppression d'un rond-point, Les cyclistes devront s'engager dans une bidirectionnelle puis traverser au commencement du pont pour poursuivre leur route vers Chartres ? Dans le second cas, la mise en place d'une piste cyclable sécurisée nous satisfait, mais elle n'est installée que dans un sens.


La question demeure : est-ce que la cohabitation est une bonne solution ?

À l'heure actuelle, la cohabitation semble fonctionner efficacement, avec peu d'accidents dans d'autres collectivités. Cependant, il est crucial de reconnaître les limites de cette approche. Ces limites pourraient être atteintes lorsque les cyclistes deviennent une réelle source de perturbation pour les bus. À ce moment-là, envisager la réaffectation d'une voie de circulation supplémentaire en faveur des vélos deviendrait essentiel.


Pourquoi opter pour les couloirs plutôt que d'autres espaces de la voirie ?

Les couloirs réservés offrent une circulation plus fluide, réduisant ainsi les conflits potentiels entre les différents usagers de la route. De plus, ils permettent aux cyclistes d'accéder au trottoir sans traverser une voie, améliorant ainsi leur sécurité. De plus, en utilisant les couloirs, on évite d'empiéter sur l'espace des piétons et les cyclistes sont plus visibles pour les conducteurs.


Malgré les avantages des couloirs réservés, certains restent interdits aux deux roues en raison de leur configuration. ChartràVélo soutient que l'interdiction n'est pas une solution viable, car même les couloirs étroits demeurent l'endroit le plus sûr pour les vélos. Il est donc nécessaire d'explorer des solutions alternatives pour rendre ces couloirs accessibles à tous les usagers de la route.


En ce qui concerne la sécurité, ChartràVélo estime que nous sommes encore loin d'atteindre une limite critique, malgré l'augmentation du nombre de vélos et des autres usagers de la route. Cependant, il est crucial de surveiller attentivement l'évolution de la situation et d'adapter les infrastructures en conséquence. Une réévaluation pourrait être nécessaire si la part modale du vélo dans les déplacements dépasse 10 à 15%.


La cohabitation bus-vélo dans les couloirs réservés représente une solution prometteuse pour Chartres. Toutefois, il est impératif d'anticiper les défis potentiels et de prendre des mesures proactives pour garantir la sécurité et la fluidité de tous les usagers de la route.

31 views0 comments

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page